Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Blog d'une auteure de livres ésotériques, de romans, et de nouvelles.

Racines anciennes & Nouvelles pousses

http://www.reocities.com/Athens/7326/book.gif

 

Ce n’est pas par narcissisme que je vous parlerai de mon cheminement initiatique dans cet article, mais pour vous faire comprendre que j’ai évolué en solitaire, et ce depuis le premier instant. Je n’ai pas fait partie intégrante d’un groupe d’étude et encore moins d'un cercle officiant rituels et autres célébrations communes régulièrement.
Mes premières années d’apprentissage m’ont fait côtoyer certaines Traditions assez disparates ; sorcellerie, Wicca, magie draconique et Haute Magie Cérémonielle. Chacune m’a beaucoup apporté, et rien que pour cela, ce ne fut pas du temps perdu. Pourtant, une vérité fondamentale s’est fait jour : je ne me suis sentie complètement sentie à l’aise au sein d’aucune d’entre elles, même si mon cœur penche toujours un peu pour le néo-paganisme.

Il a fallu réfléchir à ce que j’aimais dans la Magie et faire le tri dans ce que je voulais (et surtout ce que je ne voulais pas) pour en arriver à arpenter une voie spirituelle complètement éclectique. "Arpenter" n’est sans doute pas le mot le plus approprié, mais "défricher" serait plus adéquat. Ce sentier étant le mien, quoi de plus normal ? Tout était à faire.
Dès lors, j’ai cessé de suivre une Tradition magique précise afin de "forger" la mienne, et autant vous dire que ce n’est pas une mince affaire. La voie éclectique est sans doute l’une des plus ardue et complexe, compte tenu du fait qu’il n’y a pas de voie préétablie pouvant servir de repère et qu’elle vous oblige à infiniment plus de travail personnel. Pour créer votre propre système, vous devez étudier différents préceptes pour en intégrer le plus pertinent pour votre évolution. Quand on sait que certains rechignent déjà à l’idée de devoir travailler par eux-mêmes (non, la Magie ne fera rien à votre place), alors devoir se débrouiller seul ne leur sera sans doute même pas envisageable (rires) !

Il n’en reste pas moins qu’après dix ans d’étude et de travail, il est clair que l’opposition entre le fait de suivre une Tradition au pied de la lettre d’un coté, et des pratiques éclectiques de l’autre, est quelque chose de manifeste. Ainsi, des praticiens préfèrent s’en tenir strictement à leur système et référentiels, tandis que d’autres feront ce que bon leur semble dans leurs choix. Pour ceux qui se poseraient la question fatidique de savoir qui a raison et qui a tort, ma réponse risque de ne pas de leur plaire : ni l’un ni l’autre.
La Magie, telle qu’elle tend à devenir de nos jours, ressemble d’avantage à une étrange "salade russe" où sont brassés pêle-mêle des pans emprunts à différentes traditions plus anciennes. J’imagine certains de mes amis pousser de grands cris indignés, surtout à cause des mélanges aussi hasardeux que dangereux entre certains égrégores spirituels qui sont en opposition. Ce n’est pas faux et c’est là que l’étudiant doit faire attention de ne pas commettre ce genre d’impair dans ses études. C’est comme dans n’importe quel art ; la mixité apporte souvent des idées intéressantes, mais on risque aussi d’aboutir à quelque chose de particulièrement raté, limite catastrophique.
Par conséquent, il ne faut pas rejeter en bloc les méthodes traditionnelles ancestrales ; le pouvoir de leurs égrégores est éprouvé et leurs procédés sont aussi valables que pertinents.
La seule chose que j’en suis arrivée à leur reprocher réside en l’enlisement inéluctable de leur créativité. Ces dogmes involutifs à jamais figés dont on a oublié les origines et ce conformisme malsain et limitatif devront finiront bien un jour par voler en éclats.

« Lorsque nous nous contentons de suivre à la lettre les traditions éprouvées, nous ratons de belles occasions d’améliorer ces traditions avec des idées créatives et des points de vue intelligents et personnels. Les limites que nous imposent nos professeurs et nos mentors nous enferment dans un carcan, et nous perdons peu à peu confiance en nos propres capacités d’inventer de nouvelles philosophies et de créer de nouveaux modes de magye. » (Melanie Marquis, Le sac à malice de la sorcière, Éditions ADA Inc.)

Le plus ironique, c’est que ces mêmes dogmes gravés dans la pierre de ces traditions ont fait oublier à leurs praticiens que bien des Traditions fondamentales sont issues d’un éclectisme ésotérique entre bien des fondements différents, et qu’elles-mêmes étaient qualifiées de "modernes" à l’époque où elles furent créées.
Après tout, le syncrétisme en Magie est évident quand on s’y intéresse de plus près, au point de figurer au sein de différents mouvements ésotériques, et pas des moindres. Par exemple, l’hermétisme aux sources égyptiennes et grecques, avec une touche de sciences arabes.

La Vie est en perpétuelle évolution et nous aussi. Il ne faudrait quand même pas l’oublier ! Les gens à l’heure actuelle n’ont plus les même connaissances ni les mêmes façons de penser qu’à l’époque d’Éliphas Lévi et de Papus, et encore moins qu’à celle d’Agrippa et de Paracelse. Certes, la sagesse n’a pas d’âge et pas de frontières, mais recadrons-nous dans le contexte qui est le notre.
En écrivant ceci une image me vient en tête : le yin et le yang. Ce symbole, à la fois si simple et complexe, résume à lui seul bon nombre de chose, dont une en particulier : l’Équilibre. Tout en est question dans l’Univers.
Ainsi, sans bases stables et saines, les résultats d’une magie venue d’on ne sait où n’auront pas les effets escomptés. Il faut dont parvenir à un équilibre subtil et délicat entre les traditions ancestrales et de vos propres apports personnels. Un mélange d’ancien et de nouveau, en somme.
Pour cela, il faut partir des principes universels de la Magie, d’en comprendre les fondements, tout en cherchant à adapter ces méthodes pour vous. Changez, créez, n’hésitez pas à faire du sur-mesure au fil de vos expérimentations, pour que vos pratiques deviennent optimales. Cela demande beaucoup de travail, parfois à la limite de l’abandon, mais vous découvrirez vite qu’il est grisant d’y parvenir malgré tout.

D’où l’importance de rester suffisamment ouvert d’esprit afin d’accueillir de nouveaux savoirs, sans pour autant se restreindre à penser que ce que vous croyez savoir puisse être déjà suffisant. Une attitude non fermée pourra vous apporter un soutien supplémentaire dans votre évolution spirituelle. En fait, tout repose sur notre capacité à vous remettre en question… ou non.
Il faut bien admettre que je suis la première à reconnaître que c’est plus facile à dire qu’à faire ; il m’est arrivé plus d’une fois de me planter (pas au sens littéral du terme, mais presque) parce que je n’arrivais pas à me défaire de ce que je croyais savoir. Et pourtant… c’est toujours un mal pour un bien puisque cela m’a aidée à mieux définir et consolider autant mes connaissances que mes acquis. Par contre, rejetez systématiquement ce qui ne cadre pas avec vos croyances ne vous aidera pas à avancer d’un iota.
Avant de porter le moindre jugement sur ce que vous ne savez pas, mettez-le à l’épreuve de l’expérimentation. Qui sait, vous y puiserez peut-être quelque chose qui vous manquait pour rendre vos pratiques encore plus efficaces et puissantes. Allez, autant tenter le coup !
Parce que n'importe quel praticien vous le dira mieux que moi, la Voie magique requiert un engagement profond et durable qui prendre sans nul doute bien des années. Faites des exercices préparatoires (comme avec le livre d'Arnaud Thuly La Voie du Mage), mettez au point vos propres pratiques, installez un autel, entrez en contact avec l'étincelle divine en vous et entamez la rédaction de votre Livre des Ombres. Les transformations ne devraient pas tarder à se faire percevoir.

M@giquement,
~Lise-Marie Lecompte

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article